Derrière le masque

Elle a des larmes dans son sourire
Des bleus au cœur
De la distance dans ses étreintes
Des tremblements dans son assurance
Des fêlures dans sa force
De la crainte dans ses envies
Des silences dans ses paroles
Des brisures dans son armure
De l’amertume dans sa joie

Des doutes dans ses promesses
Des cris dans ses silences
De la sensibilité dans son courage
Du vide dans son regard
De l’incertitude dans ses convictions
De la détresse dans son aide
Des écorchures dans ses caresses
De la rage dans son calme
De la douleur dans ses euphories

Elle ressent de la tristesse dans son bonheur
Du manque dans leurs présences
De la solitude dans ses relations
De la fatigue dans son quotidien
Du néant dans son avenir

Elle avance en funambule
Elle se livre avec appréhension
Elle aime en silence
Elle vit en apnée

Elle survitderrière le masque

La vie …

La vie,

Des départs, des arrivées, des attentes, des adieux, des au revoir, des rencontres, des séparations, des étreintes, des larmes, des retrouvailles, des caresses, des sourires, des souvenirs, des instants, des moments, des dits, des non-dits, du passé, de l’avenir, du présent, des espérances, des rêves, des échecs, du partage, de la solitude, des amis, de la famille, des inconnus, des trahisons, de la confiance, de la spontanéité, des peurs, des chutes, des problèmes, des solutions, des réussites, des doutes, de la sincérité, des hauts, des bas, de l’amour, de l’amitié, de la simplicité, du bruit, des silences, des chuchotements, des soupirs, des douleurs, des joies, des surprises, des déceptions, de la distance, du vide, des naissances, des pertes, des souffrances, du souffle, du courage, des lâcher-prises, de la routine, des mensonges, des vérités, des coups, du soutien, de la douceur, de la rage, de la lassitude, de l’espoir, des actions, des folies, de la raison, des petits bonheurs, du bonheur, de la vie,…

Une vie douce, agitée, calme, tumultueuse, heureuse,surprenante, ennuyeuse, captivante, riche, solitaire,…

Une vie…

La vie avec ses bas, ses hauts et encore ses bas

La vie tout simplement 

Vivez-la tout simplement sans trop la prendre au sérieux 

Bonne fête papa !

J’ai beaucoup hésité à écrire sur les fêtes des papas, par peur de me dévoiler et me mettre à nu. Par crainte à ce que mes mots peuvent vous et me révéler sur moi-même. Par peur d’ouvrir la boite des souvenirs et laisser jaillir la petite fille sans la carapace d’aujourd’hui. Une petite fille cherchant toujours la main de son papa, son sourire et sa voix.
 
Mais mes mots ne font qu’à leur tête (comme moi d’ailleurs) et ils vont dérouler la liste de vœux qui est devenue une tradition dans de telles circonstances. 
 
Je souhaite une bonne fête à tous les papas
 
Les discrets
Les vaillants
Les aimants
Les maladroits
Les poules
Les autoritaires 
Les papas à la maison
Les attentionnés
Les peureux
Les clowns
Les sportifs
Les peintres
Les cuisiniers
Les apprentis cuisiniers
Les magiciens
Les taquins
Les hésitantsbonne fête papa
Les distants
Les câlins
Les mentors
Les célibataires
Les bavards
Les bosseurs
Les battants
Les timides
Les effacés
Les disponibles
Les héros
Les footballeurs
Les comiques
Les maquillés
Les apprentis maquilleurs
Les coiffeurs
Les maîtres-nageurs
Les bricoleurs
Les déguisés
Les farceurs
Les amusés
Les amusants
Les présents
Les disparus
Les éclipsés
Les absents
 
Bonne fête à vous messieurs et merci pour votre présence précieuse et irremplaçable !
 
Bonne fête aux papas « grues » éloignés de force de leurs enfants, courage à vous !
 
Bonne fête aux papas des filles et courage aux futurs prétendants !
 
Bonne fête au super papa « mon pote Denis », longue vie à vos matchs de foot, vos combats de boxe, vos rigolades, vos haka kuna matata, vos promenades « dans la forêt de la soupabuena », tes explications, ta patience et ta présence !
 
Bonne fête à mon papa où qu’il soit !
bonne fête papa

Une parenthèse

Des jours, on croit que notre espoir a payé et que finalement tout est rentré dans l’ordre.

douleur maladie chronique parenthèse espoir

On se lève avec le corps et l’esprit libérés. Un moment de répit surprenant dont on profite sans la moindre hésitation. On retrouve nos gestes d’avant et on se projette dans
l’avenir « à court terme ». On se sent léger, relativement en bonne santé et surtout heureux de vivre cet instant de bonheur volé. Notre bonne humeur prend le dessus sur les douleurs de la veille. Des douleurs déjà qualifiées de vieilles tel un souvenir. Un souvenir encore vif certes mais qu’on nargue avec un sourire victorieux.

La journée avance et la douleur s’installe doucement ou brusquement vu qu’elle fait qu’à sa guise. Le moment de répit sera bientôt qu’un souvenir lui aussi. La journée se termine et avec elle notre trêve. Le sablier s’est retourné et nos moments de légèreté se consument.douleur maladie chronique parenthèse espoir

On sait que les fins de journées, les nuits et les lendemains seront plus difficiles. On les redoute car à chaque fin de parenthèse ils nous terrassent par leur intensité. Ils nous font payer le bonheur volé et le quotidien « presque » normal retrouvé. C’est à leur tour de nous narguer.

On n’est pas dupe, on sait que le répit est une parenthèse qui se referme aussi vite qu’elle s’est ouverte. Mais malgré, on continue de croire que tout n’est pas perdu, que la parenthèse fermée sera bientôt une ouverte. On a cru que notre espoir a payé.

Peut-être qu’il ne fallait pas y croire mais …. on y a cru malgré tout.

On y croit encore dur comme fer. On croit aux lendemains légers et calmes. On croit au retour de notre vie d’avant sans parenthèses.

On ne perd pas espoir, mais bien au contraire on le force à s’ancrer en nous et à ne pas nous fausser compagnie.

On garde espoir sinon la douleur, son emprise et ses griffes s’enracineront en nous et dicteront à la lettre notre conduite.

douleur maladie chronique parenthèse espoir

On résiste et on tient tête à la douleur. Elle ne va pas nous faire flancher et elle ne nous privera pas de ces instants de bonheur simples, courts et intenses à la fois.

On mène un combat quotidien pour maintenir le cap, rester debout malgré les douleurs permanentes « chroniques comme ils disent ». Des douleurs pas toujours apparentes, pas toujours évidentes à comprendre et surtout à expliquer. Un combat contre un mal invisible rongeant changeant.

De l’espoir, du courage et de la détermination pour vaincre les instants, les jours de doute et les moments de crises.

Acceptons de vivre avec pour vivre mieux. Acceptons nos faiblesses et poussons nos limites. Acceptons d’être soutenu et laissons notre orgueil de côté.

Mes pensées pour toutes les personnes malades et pour celles qui les accompagnent dans leurs quotidiens. Un quotidien rythmé par des moments d’accalmie et de crises avec un fond douloureux dont on préfère taire l’existence.

Tenons bon et n’oublions pas que rien ne dure même les mauvaises périodes.

douleur maladie chronique parenthèse espoir

Présent simple

J’effleure une fleurDanielle Moler_If Nothing Ever Changed, There'd Be No Butterflies_YENiRA
J’effleure sa pétale
J’effleure un bout de tissu
J’effleure ta peau
J’effleure sa photo
J’effleure une épaule
J’effleure un moment passé

J’écoute une chanson
J’écoute sa voix sur une ancienne vidéo
J’écoute les battements de son cœur
J’écoute mon souffle
J’écoute les rires des enfants
J’écoute le bruit des vagues
J’écoute le tonnerre grondé
J’écoute ses derniers mots

DSCN2123

Je caresse ton visage
Je caresse son sourire
Je caresse un rêve
Je caresse une idée
Je caresse un livre
Je caresse sa main
Je caresse le bois d’un banc

Je hume son parfum au passage d’un étranger
Je hume un air frais printanier
Je hume l’odeur du café fraîchement moulu
Je hume l’odeur de la maison familiale
Je hume l’odeur de la pluie un après-midi d’été
Je hume l’odeur de la cigarette sur une chemise

Zhao !_Cherry Blossom on Bricks_YkVjRmcJe savoure mon café du matin
Je savoure le silence
Je savoure mon moment de solitude
Je savoure ma vie de famille
Je savoure le coucher du soleil
Je savoure la nonchalance du dimanche
Je savoure les moments entre famille et amis
Je savoure les teintes de l’automne

Je souris à un mot
Je souris à son prénom
Je souris à une discussion
Je souris à un geste
Je souris à un sourire
Je souris au passé
Je souris à une chanson
Je souris à une étreinte

IMG_20150827_210723Je fredonne                Je murmure
Je contemple
J’admire
Je me souviens
Je vis
Je survis

D’un œil soyeux mais discret       D’une oreille attentive mais craintive
D’une main bienveillante mais tremblante

Je ne fais que passer, sans m’attarder, sans déranger, sans m’éterniser,  pour ne pas perturber cet équilibre si fragile si délicat. Pour ne pas écorcher la douceur de l’instant présent, pour faire durer cette magie et cette douceur éphémère, pour faire graver en moi la beauté du moment …

Un moment de plaisir reste et restera incomplet, marqué par son absence présente à jamais, un présent orphelin de sa véritable joie de vivre.

IMG_20150828_204435